SE FAIRE SOIGNER GRATUITEMENT

Posté par fairefacealacrise le 19 février 2011

Entre l’assurance maladie qui rembourse moins qu’avant, la hausse des tarifs des complémentaires de santé et la baisse du pouvoir d’achat, se soigner devient compliqué. Quatre français sur dix reconnaissent d’ailleurs avoir déjà renoncé à des soins pour des raisons financières. Pourtant, il existe des lieux où l’on peut être pris en charge sans avoir à dépenser un euro. 

Les centres de planning familial 

Pour qui : Les femmes.Pour quoi faire : Ils accueillent toutes celles qui ont un problème gynécologique, qui rencontrent des difficultés de procréation, qui souhaitent se faire avorter, obtenir un contraceptif… En plus des consultations médicales, certains centres permettent aussi de rencontrer des conseillères conjugales qui peuvent, notamment, vous aider si vous êtes victime de violence. Où les trouver ? www.planning-familial.org

Les centres de protection maternelle infantile (PMI) 

Pour qui ? Les femmes enceintes et les enfants jusqu’à 6 ans.Pour quoi faire : On peut y consulter des sages-femmes, des puéricultrices, des généralistes, des pédiatres… Les consultations comme les vaccins et les traitements délivrés durant les visites sont entièrement gratuits.

Où les trouver ?
Les adresses vous seront indiquées par votre Conseil Général, par téléphone ou sur le site Internet.    
  

Les consultations de dépistage anonyme et gratuit (CDAG) 

Pour qui ? Tout le monde Pour quoi faire : Ces centres permettent d’effectuer un dépistage du Sida, des hépatites B et C et d’autres maladies sexuellement transmissibles.Où les trouver ? www.sida-info-service.org Tel : 0800 840 800
Hépatites info service Tel : 0800 845 800
Les appels sont anonymes, et gratuits à partir d’un poste fixe

Les centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) 

Pour qui ? Les enfants de la naissance à vingt ans qui présentent un trouble psychologique et les parents qui rencontrent des problèmes relationnels avec leurs enfants.

Pour quoi faire :
L’équipe est habituellement composée d’une assistante sociale, de médecins pédopsychiatres, d’orthophonistes, psychologues, psychomotriciens et d’enseignants spécialisés. Elle accueille les enfants qui ont un trouble psychologique, du comportement ou de l’apprentissage. Il est possible de faire effectuer dans ces centres un bilan psychologique, orthophonique… de suivre une psychothérapie individuelle ou familiale, mais aussi des séances d’orthophonie, de psychomotricité…
Les parents peuvent consulter les thérapeutes pour parler des problèmes qu’ils rencontrent avec leurs enfants.
Où les trouver ? En téléphonant à l’Assurance Maladie : 3646 (prix d’un appel local depuis un poste fixe) qui vous indiquera le centre le plus proche de chez vous.   

Les centres médico-psychologiques (Adultes) (CMP) 

Pour qui ? Les adultes qui souffrent de dépression, d’anorexie, de boulimie ou de tout autre problème psychologique. Pour quoi faire : On peut y consulter des psychiatres, des psychologues… pour évoquer ses problèmes, puis obtenir un suivi.Où les trouver ? En téléphonant à l’Assurance Maladie : 3646 (prix d’un appel local depuis un poste fixe) qui vous indiquera le centre le plus proche de chez vous. 

  

Les centres de cure ambulatoire en alcoologie (CCAA) 

C’est pour qui ? Tous ceux qui ont un problème avec l’alcool et leurs proches. Pour quoi faire : On peut y rencontrer des médecins alcoologues, des psychiatres ainsi que des psychologues et des infirmiers. Ils proposent des traitements médicamenteux et des thérapies de soutien individuelles ou collectives pendant le temps nécessaire au sevrage et même après. L’équipe médicale est également à l’écoute des proches des personnes alcooliques qui, eux aussi, ont souvent besoin de soutien.Où les trouver ? www.anpaa.asso.fr Tel : 01 42 33 51 04
Ecoute Alcool Tel : 0811 91 30 30 (appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe). 

  

Les centres d’addictologie 

C’est pour qui ? Tous ceux qui sont dépendants de la drogue (cannabis, héroïne, cocaïne…), du tabac…

Pour quoi faire :
Ils fonctionnent de la même manière que les Centres de cure ambulatoire en alcoologie (CCAA) en assurant écoute, aide et suivi aux personnes qui souhaitent en finir avec la drogue ou le tabac.

Où les trouver ?
Drogue Info Service Tel : 0800 23 13 13 (appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe).
Ecoute Cannabis Tel : 0811 91 20 20 (prix d’un appel local depuis un poste fixe).
Tabac Info Service Tel : 0825 309 310 (numéro indigo 0,15 € / mn depuis un poste fixe). 
     

Les services universitaires de médecine préventive 

Pour qui ? Les étudiants. Pour quoi faire : On peut y consulter des médecins, des psychologues, des dentistes (dépistage et conseils, mais pas de soins), des diététiciens, des infirmiers…Où les trouver ? En s’adressant au secrétariat de l’université. 

  

Les écoles d’ostéopathie 

Pour qui ? Tout le monde.Pour quoi faire : Certaines écoles proposent des consultations et des soins gratuits réalisés par des étudiants assistés de professionnels.

Où les trouver ?
Union Fédérale des ostéopathes de France
Tel : 04 75 25 79 04  
  

Les facultés de chirurgie dentaire 

Pour qui ? Tout le monde. Pour quoi faire : Les soins sont pratiqués par des étudiants en fin de formation et supervisés par des professeurs. Où les trouver ? www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr

C’est aussi gratuit 

  - Le bilan dentaire des enfants à 6, 9, 12 et 15 ans. Si des soins sont nécessaires, ils vous seront remboursés intégralement (excepté l’orthodontie et les prothèses). - Le dépistage du cancer du sein et du cancer colorectal, à partir de 50 ans.- L’Assurance Maladie propose à tout assuré social ainsi qu’à ses bénéficiaires de faire, tous les cinq ans, un bilan de santé complet (prise de sang, électrocardiogramme, radio des poumons, contrôles de l’ouie et de la vue…)

Renseignez-vous auprès de l’Assurance Maladie
Tel : 36 46 (prix d’un appel local depuis un poste fixe) ou www.ameli.fr 

  

SOURCE http://www.maxi-mag.fr/simplifiez-vous-la-vie-se-faire-soigner-gratuitement-bien-sur-que-cest-possible_4_a1947.php?Page=11  

Publié dans astuces santé, reduire ses factures, sante, special demandeurs d'emplois | Pas de Commentaire »

ALLER CHEZ LE DENTISTE POUR MOINS CHER

Posté par fairefacealacrise le 19 février 2011

Confier ses dents à des étudiants 

Si le tarif des soins dentaires est strictement encadré, il n’en va pas de même pour le prix des prothèses hors nomenclature (couronnes, bridges, implants, orthodontie, etc.).  Or le niveau de prise en charge par l’assurance-maladie demeure très faible. Il existe un moyen de réduire la facture : montrer ses dents à la faculté de chirurgie dentaire (on parle aussi de faculté d’odontologie) la plus proche de chez soi (il y en a 26 en France). Chaque unité d’enseignement compte un centre de soins au sein duquel les actes médicaux sont prodigués par des étudiants en chirurgie dentaire, sous l’œil aguerri de leurs professeurs. Quand le geste est compliqué, ces derniers interviennent même directement. 

Sans risque donc, et économique ! Par exemple, une couronne en porcelaine pourra revenir à 300 € au lieu de 600 ou 700 € en cabinet privé. Contrepartie : des délais pour obtenir un rendez-vous et une attente sur place souvent un peu longue    

http://www.dossierfamilial.com/conso/droits-demarches/des-astuces-pour-se-faire-coiffer-et-soigner-a-bas-prix,3762,3

Publié dans astuces santé, reduire ses factures, sante, special demandeurs d'emplois | Pas de Commentaire »

COMPARER LES PRIX DES MEDICAMENTS

Posté par fairefacealacrise le 19 février 2011

Connaissez-vous Comparsanté, le premier comparateur de prix des médicaments ?

Il s’agit principalement des médicaments peu ou pas remboursés vendus dans les pharmacies.

Le principe de Comparsanté est simple, les internautes s’inscrivent en ligne gratuitement et signalent les prix des médicaments mentionnés sur les boites qu’ils achètent.

Le comparateur s’appuie donc sur une logique participative, de « crowsourcing » puisque ce sont les membres  qui déclarent et saisissent eux même les prix constatés sur les boites de médicaments.

Le comparateur rend ainsi compte des écarts de prix au niveau national.

Chaque consommateur devient en quelque sorte un enquêteur à son échelle, puisque il s’agit d’un relevé de prix « terrain » si l’on peu dire, qui par consolidation progressive donnera certainement une image à valeur « barométrique » des prix pratiqués et notamment de certains excès.

Dans un contexte croissant de déremboursement des médicaments et d’économie nationale sur les dépenses de santé, il est aisé de comprendre en quoi ce site va être utile pour les patients, qui comme dans d’autres secteurs seront de plus en plus amenés à « mettre  en concurrence les officines.

Ces mêmes Officines qui peuvent pratiquer des marges parfois excessives lorsqu’on constate les écarts sur certain médicaments entre les prix constatés maximum et minimum.  

Nous rappelons à ce sujet, que certains médicaments jugés inutiles ne sont plus remboursés, et que d’autres voient leur remboursement tomber de 70 à 15 % de leur base de remboursement.

Les médicaments deviennent donc de  plus en plus chers pour les malades et justifient d’autant plus la nécessité d’être couvert par une mutuelle d’une part et de pouvoir comparer les prix des médicaments d’autre part.

Enfin un pas de plus est franchi vers la « Santé 2.0″ où le patient est acteur responsabilisé et avisé sur ce qui demeure un marché à part entière.

Le site http://www.comparsante.fr/

Source http://www.mutuelle-et-assurance.net/2010/04/prix-des-medicaments-quand-comparaison-devient-raison/

Publié dans acheter moins chers, astuces santé, reduire ses factures, sante | Pas de Commentaire »

CMU COMPLEMENTAIRE

Posté par fairefacealacrise le 18 février 2011

La CMU complémentaire permet à toutes les personnes résidentes en France de façon stable, de bénéficier d’une protection complémentaire gratuite et renouvelable.

Elle prend en charge :

- le ticket modérateur

- la participation forfaitaire d’un euro

- le forfait journalier sans limitation de durée en cas d’hospitalisation

- les produits ou appareils médicaux (prothèses, lunettes…).

CMU complémentaire : y avez-vous droit ?

La CMU complémentaire prend en charge les dépenses restant à votre charge après l’intervention des régimes de base de sécurité sociale.

Pour y avoir droit, il est nécessaire de remplir certaines conditions.

Résider en France de façon stable et régulière
Vous devez être installé depuis 3 mois sur le territoire national. Pour les personnes étrangères, la résidence régulière est justifiée si elles disposent d’un titre de séjour en cours de validité, ou d’un document attestant qu’elles ont demandé le renouvellement de leur titre de séjour, ou encore d’une attestation de dépôt de demande d’asile.

Dans certains cas, la condition du délai de trois mois de résidence peut être levée (personnes inscrites dans un établissement d’enseignement ou effectuant un stage dans le cadre d’un accord de coopération, bénéficiaires de certaines prestations, demandeurs d’asile).

Les droits sont ouverts par la caisse primaire d’assurance maladie du domicile des demandeurs. Les personnes sans domicile au moment de la demande doivent élire domicile auprès d’un Centre communal d’action sociale ou une association agréée, pour avoir une adresse administrative et ainsi recevoir leurs courriers.

Avoir des ressources inférieures à un plafond
Pour bénéficier de la CMU complémentaire, vos ressources ne doivent pas dépasser un plafond. Le plafond de ressources varie selon la composition du foyer du demandeur. Pour la CMU complémentaire, le foyer comporte le demandeur, son conjoint, son concubin ou son partenaire lié par un PACS, les enfants et autres personnes de moins de 25 ans vivant sous le même toit, ou figurant sur sa déclaration fiscale ou recevant une pension alimentaire faisant l’objet d’une déduction fiscale.

Le plafond de ressources n’est pas le même en métropole et dans les départements d’outre-mer.

L’ensemble des ressources du foyer perçues au cours des 12 mois précédant la demande, y compris les prestations familiales, les pensions diverses, les revenus du capital, est pris en compte. Ce ne sont pas les ressources fiscales qui sont prises en considération, mais les revenus réellement perçus.

Les aides au logement sont prises en compte de façon forfaitaire. Les personnes ayant à leur disposition un logement, qu’elles soient locataires, propriétaires ou logées à titre gratuit, se voient également appliquer un forfait logement qui est ajouté à leurs ressources. Ce forfait varie selon la composition du foyer.

Certaines ressources ponctuelles ou à objet spécialisé ne sont pas prises en compte :
• l’allocation personnalisée d’autonomie
• l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé
• l’allocation de rentrée scolaire
• les bourses de l’enseignement secondaire
• les versements du revenu de solidarité active et du revenu supplémentaire temporaire d’activité (dans les DOM)
• etc.

Les travailleurs non salariés et les exploitants agricoles ont des modalités particulières d’examen des ressources.

Les personnes qui ont vu leur demande refusée pour ressources supérieures au plafond peuvent à tout moment déposer une nouvelle demande si elles pensent remplir alors les conditions de ressources.

Les bénéficiaires du RSA
Les personnes percevant le montant forfaitaire du revenu de solidarité active (RSA socle), déterminé en fonction de la composition du foyer, ont droit, sans nouvelle étude de leur dossier, à la CMU complémentaire.

Si la demande de CMU complémentaire n’a pas été effectuée en même que la constitution du dossier de RSA, ils doivent en faire la demande auprès de leur caisse d’assurance maladie.
Dans tous les cas, il est impératif de choisir un organisme gestionnaire de la CMU complémentaire.
Les bénéficiaires du RSA socle n’ont pas à compléter la déclaration de ressources, mais doivent joindre à leur dossier une copie de l’attestation de dépôt d’une demande de RSA portant la mention « ressources inférieures au montant forfaitaire ».

Les jeunes de moins de 25 ans
Les jeunes majeurs de moins de 25 ans ont des conditions particulières d’accès à la CMU complémentaire : s’ils habitent chez leurs parents, s’ils figurent sur la déclaration fiscale de leurs parents, ou s’ils reçoivent une pension faisant l’objet d’une déduction fiscale, leur demande est examinée dans le cadre de celle de leurs parents.

Ils peuvent faire une demande autonome s’ils ont des enfants à charge, ou s’ils déclarent sur l’honneur ne plus figurer sur la déclaration de ressources de leurs parents.

Plus de renseignements ici http://www.ameli.fr/fiches-synthetiques/c.m.u.-et-c.m.u.-complementaire.php

SOURCE http://www.chomiste-land.com/CMUComp.htm ET http://www.smeno.com/etudiants/1380_qu-est-ce-que-la-cmu-complementaire.html

Publié dans astuces santé, sante, special demandeurs d'emplois | Pas de Commentaire »

LA SECU, DEMANDE DE CMU

Posté par fairefacealacrise le 18 février 2011

La couverture maladie universelle (CMU) est une prestation sociale française permettant l’accès au soin, le remboursement des soins, prestations et médicaments à toute personne résidant en France et qui n’est pas déjà couverte par un autre régime obligatoire d’assurance maladie. …

La demande de CMU de base est faite pour l’ensemble du foyer, comprenant le demandeur lui-même et ses ayants droit éventuels : conjoint ou concubin ou partenaire lié par un Pacte civil de solidarité (PACS), enfants, ascendants, collatéraux, autre personne à charge.

A noter : les mineurs de moins de 16 ans qui relèvent de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) ou de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) peuvent faire une demande de CMU de base à titre personnel ; la demande de CMU de base est alors faite par l’intermédiaire de l’ASE ou de la PJJ auprès de la Caisse d’assurance maladie.
Pour faire une demande de CMU de base, il convient de remplir le formulaire Couverture maladie universelle – Protection de base (formulaire S 3710b) et de fournir, notamment, les pièces justificatives suivantes :

- un justificatif de résidence stable en France : quittances de loyer, ou factures d’électricité, de gaz, de téléphone, etc.

- un justificatif de séjour régulier en France : carte nationale d’identité, passeport ou, pour les personnes de nationalité étrangère hors Espace économique européen (EEE) un titre de séjour (carte de séjour, récépissé de la demande de délivrance ou de renouvellement de la carte de séjour, convocation).

Vous devrez également remplir une déclaration de ressources (sauf si vous êtes titulaire du RMI).

google_protectAndRun(« ads_core.google_render_ad », google_handleError, google_render_ad);

Dépôt de la demande

Vous devez déposer votre dossier de demande de CMU de base (formulaire rempli accompagné des pièces justificatives) auprès de votre Caisse d’assurance maladie.
Vous pouvez également le déposer auprès d’un Centre communal d’action sociale (CCAS), d’un service social, d’une association agréée ou d’un établissement de santé. Ces organismes sont, en effet, habilités à aider les personnes à constituer leur dossier de demande de CMU de base (remplir le formulaire, rassembler les pièces justificatives) et, avec leur accord, à le transmettre à leur Caisse d’assurance maladie.

A noter : les personnes sans domicile fixe, ou celles qui sont en habitat mobile ou très précaire, doivent élire domicile auprès d’un Centre communal d’action sociale (CCAS) ou d’une association agréée (une attestation de domicile leur sera remise), et déposer leur demande de CMU de base auprès de la Caisse d’assurance maladie dont dépend cet organisme. Cette procédure de domiciliation est gratuite.

Connectez vous sur le site améli pour avoir plus de renseignements http://www.ameli.fr/fiches-synthetiques/c.m.u.-et-c.m.u.-complementaire.php

SOURCE http://www.google.fr/search?hl=fr&rls=com.microsoft:*:IE-SearchBox&rlz=1I7ADRA_fr&defl=fr&q=define:CMU&sa=X&ei=O39eTZH2D4Wt8QOr_ZGGDA&ved=0CBgQkAE ET http://www.chomiste-land.com/demandeCMU.htm

Publié dans astuces santé, sante, special demandeurs d'emplois | 2 Commentaires »

 

www.ziga2011 |
Gala Vendémiaire |
Concept Valley Caraïbes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | greenmarketing
| CFDT SNCF Languedoc Roussillon
| Marc Champel